Inconscient

14 – Le rôle de l’inconscient

Certaines personnes ont une mauvaise image du mot inconscient. D’autres ont même peur de leur propre inconscient. Souvent l’idée préconçue qui se profile derrière réside dans une impression négative, comme si l’inconscient pouvait nous jouer des tours et même nous faire souffrir volontairement.
Si c’est votre cas ! Stop !
Rassurez-vous !
Le rôle premier de l’inconscient est de nous maintenir en vie. L’inconscient active chaque seconde toutes nos fonctions vitales (respiration, battement du coeur, système immunitaire…etc…).
La fonction de l’inconscient agit sur notre physique. Toutes les actions vitales de notre corps se font naturellement. Notre conscience ne détermine pas les battements de notre coeur, le mécanisme est automatique et si nous pouvons retenir notre respiration, ne plus respirer définitivement est impossible. On observe donc que l’inconscient agit sur notre corps de manière autonome et automatique. L’inconscient répète des tâches, comme un engrenage qui tourne dans une machine bien huilée.
Sigmun Freud reste un acteur important en nous montrant que l’inconscient agit aussi sur la partie de notre psychisme. Notre cerveau répond donc à des fonctions inconscientes.
Vraisemblablement ces fonctions se font aussi de manière toutes aussi automatiques. Ce système naturel permet de la même manière de nous maintenir en vie. On sait très bien qu’une douleur psychologique peut être insupportable. Il est inutile de cacher que chaque année des milliers de personnes mettent fin eux même à leurs jours, parce que l’intensité de leurs souffrances psychologiques sont devenues insupportables.
Souvent l’inconscient agit en amont par rapport à ces souffrances. Si la douleur psychologique se réalise progressivement, l’inconscient va créer automatiquement une stratégie de protection. C’est donc tout un système naturel de survie qui se met en place afin de nous protéger de l’intensité de notre souffrance. Freud a donné un nom pour synthétiser cette action cachée dans notre psychisme : le refoulement. Cette construction automatique de notre cerveau vise comme nous l’avons déjà vu, à nous maintenir en vie.
L’inconscient dispose de nombreuses techniques afin de jouer son rôle de protection vitale.
Voici quelques exemples pour vous permettre de voir la stratégie que votre inconscient a minutieusement élaborée. Parce que nous sommes tous concernés.
Votre inconscient agit aussi sur vous, afin de pouvoir vous aider à vivre en paix avec vous même. Donc voilà différentes stratégies, en lisant ces phases, je vous invite à laissez votre inconscient observer à l’intérieur de vous-même.

Pourquoi ?
Parce qu’en observant, vous prenez conscience. Et en prenant conscience, vous libérez quelque chose qui avait besoin d’être libéré en vous.

Comment ?
En prenant conscience, vous avez aujourd’hui la possibilité de tourner la page sur vos souffrances du passé. Il est temps, parce que le passé appartient au passé, parce que vous n’êtes plus ce passé ou plutôt, vous n’êtes pas votre souffrance passé. Parce que vous vous êtes comme tout le monde, piégé en vous identifiant à vos événements passés.
Pour avancer, prenez juste conscience que vous n’êtes pas le fruit de ces douleurs passées. Accepter juste l’idée de lâcher le passé peut vous aider à faire un grand pas et pardonnez vous de ne pas l’avoir fait avant, sera un deuxième.
Je vous propose de mettre à jour trois stratégies possibles pouvant être créées par l’inconscient. A l’intérieur de ces trois mécanismes de protection, je vais mettre en évidence 2 exemples réels afin de mieux percevoir, afin de bien prendre conscience et de démasquer des stratégies intérieures mises en place par l’ inconscient.
1-L’inconscient est capable de cacher l’information.
2-L’inconscient est capable de diminuer l’information.
3-L’inconscient est capable d’effacer l’information.

1ère stratégie : L’inconscient est capable de cacher l’information.
Prenons comme exemple cette femme qui souffre depuis sept ans d’une douleur très forte dans le dos. A la suite de plusieurs IRM, les différents intervenants appartenant au système médical n’observent rien de spécifique au niveau corporel. Cette personne décide sur les conseils d’une amie, de se diriger vers une médecine alternative en faisant appel à l’hypnothérapie. Elle prend donc rendez-vous. Très rapidement en posant la question : depuis quand vous portez cette douleur, je vois la personne fouiller dans ses souvenirs. La puissance de l’activité des neurones étant d’un millards de milliards de bits d’informations par seconde. La personne plonge instantanément dans ses événements passés.
En posant une deuxième question : quelle tragédie avez vous vécu juste avant ces sept années de douleur.
La personne libère une première information : j’ai vécu une énorme dispute avec mon conjoint juste avant le déclenchement de ma douleur.
L’inconscient cache l’information car la personne me pose la question : est ce que vous croyez qu’il peut y avoir un lien entre cette dispute et ma douleur physique ?
Ne voulant pas allez trop vite, je reste très vague sur la réponse et propose de vérifier cela en séance d’hypnose. Elle accepte de travailler sur cet axe. Ainsi d’une manière inconsciente, elle valide certainement l’idée de lâcher la douleur cachée dans cette mémoire. Inconsciemment elle se donne l’autorisation de libérer la souffrance cachée.
Comme sur un ordinateur, notre cerveau disposerait d’une mémoire tampon, d’une mémoire cachée. L’événement passé à visiblement n’a pas été accepté et encore moins pardonné. Mais la personne n’a pas conscience que cette mémoire cachée réside toujours en elle. Le rôle de l’inconscient est semble-t-il de protéger la personne. En cachant l’intensité de la souffrance non acceptée, l’inconscient permet de pouvoir réguler une sensation de bien-être dans le présent. Mais au fond du cerveau, la douleur n’a pas été évacuée, même après 2555 jours. La souffrance est toujours inconsciemment active.
Avec l’aide d’un hypnothérapeute, la personne va libérer cette mémoire tampon qui n’a plus de fonction aujourd’hui. La personne étant visiblement prête à lâcher. La personne à la chance de vivre son travail de libération rapidement.
La vérification durable devient perceptible et visible lorsque le symptôme manifesté par la douleur corporelle s’évapore.

L’hypnothérapie n’a rien de magique. Cette technique est très proche des techniques d’observation utilisées depuis plus de 4000 ans en Asie, au travers de la méditation.
Lorsque la conscience supérieure observe le mental analytique, le travail se fait naturellement et simplement. La mémoire tampon n’a plus de fonction aujourd’hui et la grande conscience libère pour donner un nouvel espace de vie intérieur.
Prenons comme autre exemple cette jeune femme qui souffre de fortes migraines depuis plus de onze ans, sans savoir comment s’en libérer, ni savoir le pourquoi de ces souffrances intenses.
En discutant toujours sur l’éventuelle tragédie vécue avant cette période de onze ans, je tombe sur le décès brutal de sa soeur, suite à un accident mortel de voiture.
On observe que l’inconscient fait son travail après la vérification finale. Mais dès à présent, je vous dévoile que l’inconscient est bien capable de cacher l’information.
La personne étonnée me demande si je pense qu’il peut y avoir un lien entre l’accident et ses migraines. Je reste toujours dans le flou, car vouloir détenir les vérités de l’inconscient serait tout juste impossible. Mais je propose à cette jeune femme de faire une séance sur le deuil de sa soeur. La personne étonnée valide cette proposition visiblement inattendue par sa conscience, mais peut être attendue par sa partie inconsciente. Le résultat de cette séance d’hypnose restera gravé dans ma mémoire. Après une quinzaines de jours, les migraines se sont estompées, jusqu’au point de disparaître définitivement. Mais je tiens à dire que ce travail n’est pas valable pour tout le monde. La personne doit être prête à lâcher sa douleur. L’ego de chaque individu se construit sur l’image et le souvenir du bien, mais aussi du mal. Une partie de notre personnalité se définit sur nos souffrances physiques et psychologiques. Il faut donc avoir la chance d’arriver au bon moment pour que le travail puisse se faire rapidement. Mais à l’aide de plusieurs séances d’hypnothérapie, l’inconscient peut accepter de lâcher cette mémoire cachée inconsciemment. En libérant l’information enfouie, la personne retrouve son équilibre vital.
Après tout, nous ne sommes pas sur Terre pour souffrir…

2ème stratégie : L’inconscient est capable de diminuer l’information.
La différence avec la stratégie 1 n’est pas énorme. La personne à conscience du lien étroit entre la cause de l’événement et l’effet de son symptôme. Mais la différence réside juste dans le fait que ce lien invisible est tout simplement sous-estimé.
Prenons l’exemple d’un homme d’environ 40 ans qui sait que ses insomnies sont arrivées après un événement professionnel vécu comme une vraie trahison. En revanche, l’inconscient diminue naturellement la mémoire et l’intensité de cette trahison afin de rendre la vie plus légère, afin que la pensée ne fasse pas des aller retour permanents entre le bien-être possible du présent et le mal-être de cette tragédie venant du passé. Je propose donc à cet homme de travailler en Hypnose Humaniste. Cette proposition va toujours dans la même direction : lâcher la mémoire tampon qui est dans ce cas diminuée par l’inconscient.
La séance d’hypnothérapie dure une heure et le travail permet à la personne de libérer cette mémoire inutile. Visiblement la personne est prête. J’ai tendance à dire que sa période de deuil est passée.
Elle accepte de se « dé-identifier » de sa souffrance. Il est temps pour elle de tourner la page. Visiblement l’inconscient lâche l’information, et cette information monte à la conscience. La vérification est simple, puisque les insomnies disparaissent et l’équilibre naturel se remet en place. L’hypnothérapeute joue juste le rôle d’aider la personne à observer l’inutilité de cette vieille mémoire. Mais c’est à chacun d’entre nous de faire le travail de libération. C’est à nous de Voir. C’est à nous d’ouvrir notre vraie conscience.
Je vais maintenant prendre un autre exemple afin de montrer comment l’inconscient est capable de diminuer l’information. Prenons cet homme de 45 ans qui souffre d’une douleur physique depuis plus de quatre ans. Cette souffrance paralysante provoque une sorte de dépression visible. La personne se trouve dans une impasse et ne voit pas la porte de sortie. La situation et les croyances personnelles poussent cet homme à dissimuler le cancer de sa femme à ses enfants. Ce père de famille n’arrive pas à communiquer sur ce
sujet trop douloureux pour lui. La peur latente de la mort éventuelle de sa femme est devenue inconsciemment insupportable. La personne à conscience de la peur, mais elle sous-estime l’ampleur de la pensée. Pourtant cette peur existe profondément. Visiblement le fait de ruminer cette peur cachée est une source de souffrance. Je dis souvent que nos pensées créent notre réalité, nous devons comprendre que notre petite voix intérieure crée aussi de vraies pensées silencieuses. « Imaginez que vos pensées sont des graines.
Acceptez juste l’idée que vos ruminations sont aussi des graines. Alors maintenant vous avez juste à prendre conscience que votre puissance est de récolter ce que vous semez…» Antoine Depoid
Pendant une séance d’hypnose la personne prend conscience de l’ampleur de cette peur. La personne libère elle-même la peur qui n’a plus raison d’être. Car sa femme est maintenant diagnostiquée comme guérie suite à plusieurs séances de chimiothérapie.
Mais visiblement la mémoire tampon avait conservée la peur et cette peur n’arrivait pas à se libérer.
L’hypnothérapeute va aider la personne à évacuer cette peur bien dissimulée. La vérification sera observable simplement par la disparition du symptôme.

3ème stratégie : L’inconscient est capable d’effacer l’information.
Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de l’inconscient. Il est capable de pouvoir totalement effacer la mémoire de manière à souvent sauver la personne. Prenons comme exemple cette jeune fille de 25 ans qui n’a aucun souvenir conscient de son enfance. Sa soeur aînée lui révèle que son grand père aujourd’hui décédé a eu un comportement extrêmement négatif. Visiblement l’inconscient a la possibilité d’utiliser une stratégie encore plus puissante en gommant la mémoire. L’inconscient protège la personne en supprimant l’information de la conscience.
Mais la personne reste troublée en s’apercevant du vide absolu de souvenir. En hypnose, nous avons la possibilité si la personne le souhaite, d’ouvrir les portes de l’inconscient. L’hypnothérapeute propose dans ce cas de voir les surfaces cachées de sa mémoire. Mais la personne doit avoir envie d’accéder à cette profondeur d’hypnose.
Un garçon du même âge est venu avant tout pour un bégaiement très spécifique qui apparaissait que lors des repas familiaux. Sans cause apparente, sans mémoire d’un traumatisme ou d’une tragédie vécue, ce jeune homme valide l’idée très naturelle de libérer la mémoire cachée qui à crée ce symptôme sans réveiller son passé effacé. En deux séances, ce jeune homme se trouve libéré de cette gêne. Visiblement l’inconscient était prêt à évacuer sa mémoire tampon et même si la cause n’est pas montée à la conscience, l’objectif de ce jeune homme est atteint puisque sa gène a disparu.

En conclusion :
L’inconscient dispose de nombreuses stratégies pour nos maintenir en vie. Ceci tient d’exemples et il est nul doute que d’autres mécanismes sont utilisés par notre inconscient.
Pourquoi ?
Parce que nous avons tous en tant qu’être humain un inconscient et que celui ci réagit comme nos empreintes digitales. C’est à dire qu’il y a autant de stratégies que d’êtres humains. Vous aussi, vous avez une stratégie qui vous a permis de cacher les émotions cachées derrière vos événements douloureux du passé. Votre ego c’est pour vous aussi identifiée au passé et vous portez comme tout le monde cette mémoire tampon.
Si vous avez, pendant cette lecture, pris conscience de la stratégie de votre inconscient, c’est très possible et c’est même libérateur. Dans tous les cas c’est le but de ces quelques « maux ».
Lorsque l’on libère et que l’on fait monter l’information de l’inconscient à la conscience, on fait souvent un grand pas dans son développement personnel.

Comments are closed.